top of page

Conférences

Ligne.jpg

Les conférences proposées s'adressent au plus grand nombre. Enseignants chercheurs, historiens de l'art et de l'architecture vous proposent de partir à la découverte des styles et des débats  qui ont marqué la période de la Reconstruction.

Les églises art-déco : sacrées modernités !

HugronJPH.jpg

Par Jean-Philippe Hugron, historien de l’architecture, journaliste et critique, fondateur du Courrier de l’Architecte et auteur de guides et de nombreuses monographies de bâtiments et d’agences

Date : samedi 20 avril, à 14h30 (durée 1 heure)

Lieu : Musée départemental de l'école publique (ancien préau)

          38 rue principale 02000 CHEVREGNY

Tarif : 4€, pour les deux conférences du 20 avril. Sur réservation.

Des packs regroupant plusieurs activités sont également proposés à tarif réduit.

Le paiement des billets et packs s'effectue à la boutique du musée de l'école. Paiement par chèques et espèces.

Réservation.jpg

Les églises de la Reconstruction décidées au lendemain de la Première Guerre mondiale constituent un patrimoine familièrement méconnu, un tantinet oublié... trop oublié. Alors laisse béton ?

Ces lieux de culte aussi remarquables que touchants ont été pour leurs architectes l’occasion de mêler les savoir-faire – de l’artisanat d’art à la plus haute technicité du ciment armé – mais aussi les références historiques à l’avant-garde esthétique. Hésitant entre un style traditionnel nostalgique et un art-déco triomphant, ces constructions situées au cœur de villages eux aussi entièrement reconstruits forment, en Europe, un ensemble architectural hors du commun.

 

Cette conférence promet de mettre en lumière ces édifices et leurs auteurs en plus de retracer une histoire plus large de l’architecture sacrée au début du XXème siècle.

Ligne.jpg

Quand un vent de renouveau souffle sur les écoles (1900-1939) 

Annemariechatelet.jpg

Par Anne-Marie Châtelet, professeure d'histoire et de culture architecturales, Ecole nationale supérieure d'architecture de Strasbourg Membre UR3400-ARCHE Université de Strasbourg.

Date : samedi 20 avril, à 16h00 (durée 1 heure)

Lieu : Musée départemental de l'école publique (ancien préau)

          38 rue principale 02000 CHEVREGNY

Tarif : 4€, pour les deux conférences du 20 avril. Sur réservation.

Des packs regroupant plusieurs activités sont également proposés à tarif réduit.

Le paiement des billets et packs s'effectue à la boutique du musée de l'école. Paiement par chèques et espèces.

Réservation.jpg

On la connait souvent en briques, voisinant avec la mairie et faisant parfois même corps avec elle, l’école primaire. Avec ses salles planchéiées, ses bancs-biplaces alignés et ses cours de récréation, c’est celle de « Jules Ferry » dont l’architecture rationaliste répondait aux ambitions d’un ministère qui a rendu l’enseignement obligatoire et multiplié les constructions aussi rapidement que le boulanger fabriquait son pain.

On la connait moins blanche, en terrasse ou en pavillons, aux tables mobiles et aux espaces verts. L’école « Jules Ferry » a en effet été mise en cause au début du XXe siècle par des pédagogues prônant une « éducation nouvelle » et par des médecins soucieux d’hygiène et de plein air. A la lumière de ces critiques, ainsi que des évolutions constructives et urbaines, les architectes en ont repensé les caractères. Ce sont ces nouvelles conceptions nées dans l’entre-deux-guerres qui seront l’objet de cette conférence.

Ecole moderne.jpg

Ecole de plein air de Suresnes construite par Eugène Beaudouin et Marcel Lods entre 1931 et 1935 (carte postale, collection privée)

Ligne.jpg

Aux origines de l’art déco : les ‘Arts & Crafts’ anglais et leurs influences françaises

Chevregny-conférences

Par Jean-Baptiste Minnaert, docteur en histoire de l'art (Université Paris IV-Sorbonne), professeur d'histoire de l'art, directeur du  Centre André Chastel - Sorbonne Université.

Date : samedi 04 mai, à 14 heures 30 (durée 1 heure)

Lieu : Musée départemental de l'école publique (ancien préau)

          38 rue principale 02000 CHEVREGNY

Tarif : 4€, pour les deux conférences du 04 mai. Sur réservation.

Des packs regroupant plusieurs activités sont également proposés à tarif réduit.

Le paiement des billets et packs s'effectue à la boutique du musée de l'école. Paiement par chèques et espèces.

Réservation.jpg

Les Arts & Crafts britanniques (en français Arts & métiers) annoncent les mouvements européens de l’Art nouveau.

Les Arts & Crafts naissent dès avant les années 1860, à l’instigation de William Morris, peintre et décorateur, qui défend le renouveau des arts domestiques et la valeur artisanale des objets et des aménagements intérieurs, ainsi que de l’architecture, contre la déshumanisation et la laideur des objets produits en série, et contre l’absurdité à copier des motifs hérités de l’Antiquité et de la Renaissance.

Les Arts & Crafts ont une énorme importance sur le renouveau des arts domestiques en Angleterre, en Écosse, comme dans toute l'Europe continentale, à commencer par Bruxelles, Paris, Lille. L’influence des Arts & Crafts dépasse la limite temporelle de la Première Guerre mondiale, dans la mesure où elle agira aussi sur les maîtres français de ce que l’on appellera plut tard l’Art déco.  

Le mobilier Arts & Crafts, tel qu’on peut en voir de très beaux spécimens au Victoria & Albert Museum à Londres, les papiers peints, les tentures décoratives, les vitraux, les arts de la céramique, la joaillerie, tout le décor intérieur jusqu’à la reliure, l’illustration et la peinture, et bien sûr l’architecture, sont dorénavant pensés comme une œuvre d’art total, sans domination d’un art sur un autre, mais au contraire comme un art collectif et humaniste.

William Morris, Philip Webb, Charles Voyesey, Edwin Lutyens, parmi beaucoup d’autres, comptent parmi les artistes les plus importants de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. La conférence montrera quelques-uns des exemples les plus connus de la production des Arts & Crafts, et ce que l’architecte Paul Robine en a retenu pour la reconstruction du château de Chevregny.

Ligne.jpg

Un paradoxe : les châteaux modernes de la Reconstruction dans l’Aisne

MALET_ Frederic_ frederic.malet_axioval.fr-_M2P5053-Modifier.jpg

Par Frédéric Malet, (association des amis des Chaînées).

Date : samedi 04 mai, 16 heures (durée 1 heure)

Lieu : Musée départemental de l'école publique (ancien préau)

          38 rue principale 02000 CHEVREGNY

Tarif : 4€, pour les deux conférences du 04 mai. Sur réservation.

Des packs regroupant plusieurs activités sont également proposés à tarif réduit.

Le paiement des billets et packs s'effectue à la boutique du musée de l'école. Paiement par chèques et espèces.

Réservation.jpg

Terre de châteaux avant le premier conflit mondial (il n'est pas rare de trouver un ou deux châteaux dans chaque village), l'Aisne a ainsi vu près de 250 demeures disparaître dans les combats sanglants entre 1914 et 1918. Seuls 70 propriétaires décidèrent finalement de faire reconstruire leurs demeures. Beaucoup optèrent pour la vague des "néo" (du néo-gothique au néo-Louis XVI, en passant par le néo-Louis XIII qui connut un grand succès avec son alternance de pierre de taille et de briques...), quelques-uns reconstruisirent à l'identique. D'autres encore - beaucoup plus rares - firent le choix d'une esthétique plus dans l'air du temps.

Mais, alors que les propriétaires de grandes demeures patriciennes se décident dans toute la France pour des villas modernistes comme la villa Savoye (1928) de l'architecte Le Corbusier  (Poissy - Yvelines), la villa Cavrois (Croix - Nord) ou encore la villa du clos Saint-Bernard (Hyères, Var) toutes deux de l'architecte Robert Mallet-Stevens (respectivement 1932 et 1923), les propriétaires de ces demeures axonaises font le pari du mélange paradoxal du vocabulaire architectural castral traditionnel avec les lignes de l'Art déco. Notre propos sera illustré par des photos et plans de plusieurs châteaux et grandes demeures du Chemin des Dames.

bottom of page